Les débuts ...

Stéphane Fedorowsky est né en 1979. Il vit et travaille à Paris pour produire une œuvre dense et ambiguë à la frontière entre la peinture et la photographie. L’artiste français commence sa formation à Paris à l'Atelier Hourdé et élargit ses horizons en se spécialisant au Santa Monica College de Los Angeles sur la technique du tirage argentique, développée en chambre noire. Il confronte ses premières expériences, exerce son œil et sa technique à New York où le potentiel infini des lignes de la ville l’encre dans une vision du monde en noir et blanc, parfois rehaussé de couleurs, qu’il nous offre tout en nuances.

Stéphane Fedorowsky’s work is both profound and ambiguous, at the crossroads of photography and painting. The French artist began his schooling in Paris before broadening his horizons in Los Angeles, where he perfected his technique in the use of vintage gelatin silver print. In New York, he began his first experiences as a photographer, inspired by the unique sky-line and grey tones of the city, which he interpreted into the pure lines and simple compositions, and the black and white tones with hints of colours, which have become critical elements in his work.

La chambre noire ...

La chambre noire devient son espace de création privilégié. Au delà de la prise de vue, l’acte créatif prend tout son sens au moment du développement. En utilisant des process tel que la solarisation, la superposition, la surimpression ou encore la rayographie, il métamorphose ses tirages en pièces uniques. Ainsi surgissent des mouvements et des agencements animés par des lignes qui construisent l’œuvre dans son intégralité. L’artiste aime « suivre l’image, l’abandonner, la retrouver, y ajouter des ingrédients personnels pour révéler la vie qu’elle contient puis l’arrêter, la fixer ». 

The darkroom becomes a key space for his artistic creation, moving beyond capturing moments through photography, to the creative process of developing and processing prints. Using techniques such as solarization, superimposition and rayographs, each of his images undergoes metamorphoses to become unique prints. His work involves placing and manipulating objects on photosensitive paper, challenging our perceptions through his reconstructions. The artist explains that a central part of his approach involves “following then abandoning the image, finding it again, adding personal ingredients to reveal its inner life source, then fixing the image in space and time.”

L'équation réel-irréel ...

Ses premières séries consacrées au portrait ont rapidement laissé place à la création de contes photographiques. L’alliance au mot permet à Stéphane de nous entraîner dans un univers onirique. Les personnages qu’ils créent évoluent indépendamment d’une temporalité, ils sont au delà du réel. Il révèle chez ces sujets un autre soit. Selon lui, « en chacun de nous se cache le personnage d’un instant ». Cette poésie dans ses photographies tient au fait qu’il tente de résoudre dans son œuvre l’équation « réel-irréel ».

His first series of works were focused on portraits, which evolved photographic fairy tale themes. Words and images are associated to create a deliciously seductive dream world, where his characters seem to evolve in another temporality, beyond reality, revealing another facet to his models. “Concealed in each of us another person, a person of one instance,” Fedorowsky explains. A constant tension between reality and fantasy are at the heart of his highly poetic work.

Le surréalisme ...

Sa nouvelle série est le reflet de son goût pour l'alliance improbable des corps et des paysages qu'ils soient urbains ou naturels que l'on retrouve chez les surréalistes. Il est particulièrement admiratif du travail de Man Ray où il puise son amour pour la justesse du grain photographique. Après avoir fleurté avec l'univers de la Bande Dessinée, il nous donne à voir une nouvelle série où surgissent des corps et des visages dans un entrelacs d'immeubles, d'escaliers, de paysages urbains.

The new series of work Visions surréalistes associates figurative forms with city landscapes, inspired by surrealism and specifically the work of Man Ray, an artist that Fedorowsky particularly appreciates. After a series of photographs revolving around a comic strip theme, this new series involves the appearance of bodies and faces within urban landscapes, such as buildings and stairways. 

La narration des séries ...

L’artiste crée sa propre narration dans chacune de ses œuvres, qu’il présente généralement en série. Elles forment un tout, cette alliance lui permet de créer une unité propre à l’œuvre elle-même et à la série à laquelle elle appartient. Elles n’en restent pas moins singulières et puissantes par leur individualité. 

 

Each photograph by Stephane Fedorowsky carries its own story-line, as part of a thematic series. While creating a new world of powerful imagery and vivid imagination, each photograph is also a unique creation, powerful in its singularity.


Textes Caroline Lebond